Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 17:04

J'avais 10 ans quand les écoles Diwan se sont ouvertes aux élèves de maternelles.

 

N.B. Diwan veut dire semence en breton, c'est le nom des écoles bretonnes où l'enseignement est exclusivement en breton.

 

Je me souviens avoir acheté un dictionnaire français-breton fraîchement imprimé, c'était tout nouveau les dictionnaires français-breton, une révolution.

Les anciens me disaient que le breton permettait de se faire comprendre sur toute la côte atlantique, les patois correspondaient d'Irlande jusqu'au Portugal.

 

Je viens de découvrir un lien qui pourrait unir ces régions en faisant une recherche sur les Cagots (article ci-dessous) ancienne confrérie de maîtres bâtisseurs existant depuis le premier siècle jusqu'à la révolution française.

Surtout spécialisés dans les charpentes, on pense aux cathédrales et aux châteaux, mais à l'époque il y avait un autre domaine impressionnant qui demandait ce savoir faire : charpentier de marine.

Je vais parler de ce langage cagots.

 

Les cagots portaient la pé d'Auque, ou Pédauque, ou patte d'oie.

 

Ils  se nommaient "petits de l’Oie", ou oisons, ou enfants de la mère l'oie.

Afin de garder secret leur grand art, ils se parlaient en langage codé, l’argot. 


 

Aparté bretonne :

Goat c'est du breton cela veut dire forêt.

Ar goat cela veut dire la forêt. Leur lieu de travail puisqu'ils étaient de formidables charpentiers.

On ne sait pas trop comment l'argot a donné art goth, mais il est amusant de constater que l'art gothique tient son nom du breton.

Fin de l'aparté bretonne.

 

A l'heure actuelle, et ça aussi je viens de le découvrir, existe" la langue des oisons".

C'est une approche du langage basée sur des jeux de mots à partir des sons qu'ils émettent.

Comme monsieur Jourdain, je pratiquais la langue des oisons sans en savoir le nom.

Exemple : les adolescents qui ont mal au genou, ont du mal à se positionner au sein de la famille, ils ont mal au je-nous.

 

Donc les anciens en Bretagne me disaient qu'il y avait une compréhension orale entre les parlés locaux depuis l'Irlande jusqu'au Portugal.

Ils insistaient bien sur les parlés locaux, les "patois",    phonétiquement en langage des oisons patois, c'est proche de "patte d'oie", non ?.


 

Revenons à nos bâtisseurs du moyen-âge, ils se disaient enfant de la mère l'oie, de l'amère loi. Oui, ils avaient pas mal de contraintes, cf article sur les cagots ci-dessous.


 

Ils ont choisi l'oie, je me suis bien demandé pourquoi, le fait est que l'oie a toujours été un animal considéré comme proche, familier et en même temps hors du commun.

Le char d'Aphrodite est tiré par des oies.

Rome (et non Toulouse) a été sauvée par les oies sacrées du Capitole.

Ésope raconte l'histoire d'un fermier possédant une oie pondant des œufs d'or ; il décide de la tuer afin d'obtenir tous les œufs d'or à la fois, mais perd ainsi la source de sa richesse. La Fontaine a écrit "La Poule aux œufs d'or" qui reprend la même histoire avec une poule (pfff).


 

L'oie est devenue dans beaucoup d'histoires l'initiée, l'initiatrice.

Protectrice, maternelle, elle incarne la vigilance, le triomphe de la lumière sur les ténèbres de l’ignorance profane.

Elle est le symbole de la transmission orale, par ouïe dire.

Le verbe ouïr n'a pas trop besoin d'exister, entendre, écouter se suffisent.
 

Ouïr, est un verbe  qui s'est fait phonétiquement sur le mot oie. J'ois, tu ois, il oit, ils oient.

Les contes de la mère l'oie sont des histoires terribles, à faire peur, pas du tout adaptés aux
enfants. En fait ils renferment un chemin initiatique, l'enfant les reçoit, s'il est malin ils lui serviront plus tard. Pour ceux que cela intéresse n'hésitez pas à les lire, c'est passionnant.

Lisez également "Psychanalyse des contes de fées" pour en avoir les clés.

Il faut les lire phonétiquement, pour les écrire on a dû prendre la plume, une plume d'oie bien entendu.

 

Et pour ceux qui ont 2mn pour se divertir, je vous conseille le formidable sketch de Raymond Devos sur " Toute oie oit au fond des bois le ouah ouah du chien qui aboie"

Fin de l'aparté rigolote.


 

En tapant Pédauque dans Google, on découvre l'existence de diverses reines Pédauque.

Souvent d'origine noble, elles échappent à leur destin en devenant Pédauque ?

Elles font un travail manuel, souvent fileuses, ce qui n'est pas en adéquation avec une origine noble, mais c'est un choix de leur part.

(elle a vraiment des pieds très moches)


 

Il n'y a pas de roi Pédauque


 

Le mâle alors ? Le jar ? Il parle lui aussi ?

Oui. Il jargonne. C'est moins intéressant.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Mouette Mouic 25/12/2016 18:33

Je n'ai pas parlé du mot "ouailles" (rarement au singulier) qui désigne les chrétiens d'un pasteur. Mes recherches étymologiques sur le mot ouailles indiquent qu'il n'y a aucun lien avec le mot oie, ouailles vient de "ovin" et désigne les moutons ou brebis.

Mouette Mouic 25/12/2016 18:26

J'ai oublié de signaler dans cet article que :
Les cagots habitaient en dehors du village, à perpète les oies évidement ;-)