Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 12:11

Ceux qui lisent rapidement ont peut-être lu comme titre à cet article : l'escargot.

Il semblerait que ce soit une origine possible de ce nom de "Cagot".

 

Les cagots sont des hommes, soit-disant "une race" d'hommes (sic) aujourd'hui disparue.

     {{ C'est super étonnant d'entendre ça }}

Ils sont décrits comme dépourvus de lobes d'oreilles et ayant les pieds palmés.

 

Et oui, ça interpelle ! Mieux encore ! La première fois que j'ai entendu parler des cagots, le sujet était sur les extra-terrestres !

 

Donc j'ai cherché parce que quand même ! et je n'ai pas été déçue :-D trouvé des d'informations plutôt fantastiques. 

 

Dans les textes du moyen-âge on parle d'eux en Bretagne, dans le Bas-Poitou, en Guyenne, en Gascogne, dans le pays basque, en Navarre et surtout en Béarn.

Apparus au premier siècle, ils ont disparu avec la révolution française, ce qui fait 18 siècles d'existence quand même, pourtant je n'en avais encore jamais entendu parler !

 

Posons tout à plat en enlevant le surnaturel :

1) Physiquement, soit ils sont décrits petits avec un teint olivâtre, soit on dit d'eux  qu'ils sont grands aux yeux bleus, ça dépend des régions 

Mon avis est donc qu'en fait ils sont "normaux" comme le reste de la population, il y a des petits, des grands, des yeux, bleus, noirs, marrons,verts, ça dépend des régions ... Bon, c'était évident qu'il ne pouvait s'agir d'une "race" d'hommes comme certains le disaient.

 

2) Ce sont de formidables bâtisseurs ça tout le monde est unanime , maîtres charpentiers, maîtres maçons, maîtres guérisseurs, doués de pouvoirs, détenteurs de savoirs, ils inspiraient la peur et le respect.

 

Par exemple, la charpente de la cathédrale de Monein est un travail de cagots

Cathédrale de Monein

 

On sait que Gaston Foebus ne voulait que des cagots pour réparer ses châteaux.

 

3) Il étaient bannis des villages car ils avaient la lèpre blanche, ils empoisonnaient l'eau,  ils n'avaient pas le droit de toucher l'eau et les sources des autres villageois.

 

4) L'église et les puissants en avaient peur.

On ne leur donnait pas de nom de famille sur le registre des naissances, un simple prénom avec la mention cagot.

  Pour la messe on leur interdisait de passer par la grande porte, une porte plus petite existait pour eux sur le côté de l'église.

  On leur jette les hosties à même le sol.

  Ils ne devaient pas toucher au bénitier à cause de la contamination de la lèpre, ils avaient leur bénitier.

 

5) Ce sont des lépreux, descendants de lépreux (pouha)

  On les oblige à porter cousu sur leur vêtement une patte d'oie rouge.

 

Ils ont les pieds palmés (!) alors ils sont obligés de porter des chaussures (?), si un cagot est découvert les pieds nus, on les lui brûle au fer rouge.

 

                                                                 ~-~-~-

mmmmhmmm l'histoire est écrite par les vainqueurs, en tout cas pas par les cagots, et si elle est écrite quelque part par eux, je n'y ai pas accès.

 

Mais avec internet on a quand même accès à beaucoup d'informations.

Du bon sens, de la logique et voici mon interprétation :

 

Ils inspiraient la crainte, la crainte n'est pas la peur, on craint Dieu par exemple, on n'en a pas peur, c'est bien différent.

 

Ils inspiraient la crainte, ou le respect, des puissants et de l'église, pour preuve les immenses travaux qu'on leur demandait de faire et je pense que c'est cela, comment ne pas être en admiration devant ces cathédrales, ces châteaux, devant les bâtisseurs de tout ça, comment ne pas se faire respecter, craindre, admirer, quand on est capable de telles prouesses. J'ai d'ailleurs trouvé qu'ils n'étaient pas tenus de payer l'impôt ! (c'est plutôt pas mal)

 

Ils ne se mêlaient pas à la population, au peuple, ils vivaient reculés des villages, près des points d'eau (logique), par groupe de deux ou trois familles pas plus, ils étaient donc répartis sur énormément de villages. Les textes nous disent qu'ils étaient bannis .... ou pas en fait ! car j'imagine qu'ils n'avaient pas trop envie de se mélanger, formidable astuce, de faire croire qu'ils ont la lèpre ;-)

 

Ils se connaissaient ! ce qui à l'époque est un exploit, les relations entre villages étant plutôt du style guerre des boutons.

Avaient la notion de consanguinité, car les jeunes étaient obligés d'aller se marier dans un des villages voisins.

 

Ils avaient leur porte d'accès à l'église (peut-être même la clé de cette porte).

Ils avaient leur bénitier (souvent près de cette porte) et leurs places attitrées.

 

Je passe sur le coup des hosties jetées par terre, invraisemblable.

 

Dans l'église ils s'étaient représentés vous avez dû voir ces têtes sculptées sur des colonnes ou des bénitiers, et bien cela représente une tête de cagot.

 

A noter que sur ces sculptures les oreilles ne sont pas représentées.

 

Ils se transmettaient un savoir faire, un savoir être, une culture. Ce qui fait d'eux des êtres à part, mais pas une race à part.

 

Ils s'appelaient par leur prénoms.

 

La patte d'oie en tissus rouge, visible, cousue sur leur vêtement est un signe. Peut-être un diplôme. Quelque part j'ai lu qu'elle était portée cousue sur l'épaule gauche. 

Au passage on détruit, avec cette information, le bruit qui court comme quoi ils n'avaient pas de lobe d'oreille. Pas de lobe d'oreille, cela aurait dû suffire pour les reconnaître.

Il semblerait qu'en disant qu'ils n'avaient pas de lobe d'oreille, on ai confondu les hommes, les vrais, et leur représentation en sculpture de pierre comme sur la photo ci-dessus.

 

Ils portaient donc la Pé d'Auque qui veut dire patte d'oie.

 

Pour le non-initié cela ressemble en effet à une patte d'oie stylisée par de simples traits. C'est stylisé, une vraie patte d'oie est .... palmée

 

Là encore il semblerait que la légende nous soit arrivée n'importe comment, mélangeant pé d'Auque, patte d'oie, pieds d'hommes et pieds palmés.

 

Cette Pé d'Auque est surtout pour l'initié un symbole géométrique ésotérique fort.

 

Les familles étaient riches, les documents liés aux inventaires d'héritages l'attestent (si j'osais je dirais qu'ils ne sont pas des va-nu-pieds).

 

Toutes ces informations me font penser aux compagnons (charpentiers, maçons, vanniers, tonneliers, bâtisseurs d'églises, de cathédrales et de châteaux)

 

Le premier symbole des compagnons était ... l'escargot. 

Est-ce que Cagot ?

Est-ce qu'argot ?     L'argot étant le parlé crypté des confréries, des bâtisseurs. Il a donné le nom au gothique, à l'art gothique, l'argotique.

 

 

L'escargot qui fabrique et porte sa maison avec lui.

L'escargot dont les proportions des loges suivent le nombre d'or.

L'escargot qui est hermaphrodite (ça aussi la légende nous est parvenue en disant que les cagots étaient hermaphrodites) symbole de fécondité sexuelle, artistique et spirituelle.

L'escargot qui est cornu.

Spiralé.

Il symbolise la protection, la spirale de la vie et de mort, le labyrinthe.

 

Comment, pourquoi, à quoi était utilisé le labyrinthe de la cathédrale de Chartes ? Les cagots avaient peut-être la réponse. Peut-être même qu'ils l'utilisait.

 

Le jeu de l'oie (pe d'Auque) est en spirale (escargot), il symbolise le voyage initiatique (compagnons du devoir), peut-être est-ce un souvenir.

 

La révolution française ayant aboli tous les privilèges, elle marque la fin des cagots.

 

Mais surtout, je pense qu'ils réalisaient en plus des charpentes de châteaux ou d'églises, je pense qu'ils réalisaient les immenses et nombreux bateaux de la marine à voiles 

Partager cet article
Repost0

commentaires